Portrait : Oscar Landry, étudiant et porteur de projet

Il met toutes les chances de son coté pour développer le projet "YuJob"

Etudiant de deuxième année à l’IUT GEA, Oscar Landry a déjà tout d'un entrepreneur. En cherchant un job d’été l’année dernière, il a constaté que les offres pour les étudiants de Bac+0 à Bac+3 étaient difficilement accessibles, d'où l'idée de « YU JOB » : une application innovante principalement destinée aux jeunes peu voire pas diplômés. Elle leur permet de rechercher un emploi de manière intuitive, simple, rapide et originale grâce au concept de Job Matching (système de Swipe & Match) 

En deuxième année, avec Créa-IUT les étudiants ont l'opportunité d'accompagner des porteurs de projets de création d'entreprise. Oscar n'a pas hésité à proposer le sien et a convaincu une équipe d'étudiants de le rejoindre, se retrouvant avec les deux casquettes : porteur du projet et étudiant.

La synergie a fonctionné et le projet est lauréat du Prix coup de coeur 2020-2021. Pour mettre toutes les chances de son coté, Oscar a fait le choix de réaliser son stage sur son projet, avec le soutien de PEPITE. Il a bien compris qu'une des clés du succès pour un entrepreneur est de savoir s'entourer : après avoir bénéficié du soutien du réseau de partenaires Créa-IUT, son projet est maintenant incubé à 1Kubator, à la Mabilais, et il bénéficie d'un parrainage par la Fondation Yao.

En janvier dernier il a répondu aux questions d'un groupe d'étudiants de première année qui vous livrent son témoignage :

1.   L’IDEE ? 
Elle m'est venue lorsque je me suis mis à chercher mon job d'été. J'ai dû envoyer une centaine de candidatures (CV + lettre de motivation) et je n'ai reçu que 3 réponses dont 1 seule positive.  
J'ai fait le constat que les gros acteurs du marché d'aide à la recherche d'emploi et les agences d'intérims sont souvent mal pensés pour les profils de Bac +0 à Bac +3. 
L'idée m'est alors venue de créer une application d'aide à la recherche d'emploi pour ces profils, en me basant sur une méthode de recherche qui s'appelle le "Swipe&Match" et qui rend la recherche d'emploi simple, intuitive, rapide et originale.  
 
2. COMMENT GERER PROJET ET ETUDE ?
Ça demande beaucoup d'investissement. Je n'ai aucune expérience dans le monde de l'entrepreneuriat alors j'ai tout à apprendre. J’échange avec des acteurs locaux, issus des secteurs relatifs à mon projet.  
Jocelyn Denis, fondateur de l'entreprise Digitaleo m'a dit que si un jour j'avais un projet, il fallait que je le confronte à la réalité afin d'avoir un premier retour sur sa pertinence 
 J'ai rencontré de futurs partenaires ou des gens qui peuvent me conseiller, me guider, m'apporter des idées. Je pilote aussi mon équipe technique qui travaille sur le développement de mon application car je n'ai aucune connaissance technique. 
Je passe du temps à promouvoir et à intégrer mon projet dans de nombreux dispositifs qui accompagnent des porteurs de projet comme Créa, Pépite Bretagne, la Fondation Yao et autres.  
Ce n’est pas facile de se donner à 100% dans les études, d’abord lorsqu’on est à distance et qu’on a un projet auquel on tient, mais  la validation de mon diplôme reste ma priorité  
 
3.  TON EQUIPE CREA ?
J'essaie d'accompagner mon équipe (qui sont aussi mes amis) le plus souvent possible. J'évite de dire "mon projet" mais plutôt "notre projet" parce que Créa c'est vraiment un travail d'équipe.  
Sans eux je ne serais pas allé bien loin. Alors je travaille autant que les autres, je m'investis comme tout le monde et je pense que c'est la meilleure des choses à faire si on veut que ce projet aboutisse. 
Sans l'équipe Créa j'aurai peut-être eu un manque de motivation devant la charge de travail qui se profilait au début de cette aventure. Ils m'ont aidé à réaliser une étude de marché, à monter notre plan financier. Les connaissances/expériences de chacun ont permis de trouver la bonne solution au bon moment et c'est ce qui fait la force de cette équipe : sa polyvalence et son adaptabilité.   
Si ce projet aboutit et que j'arrive à le développer à la hauteur de mes ambitions, je sais que ça aura été en partie dû à l'implication de chacun des membres de "l'équipe 5".  
 
5. LA SUITE ?  
Cela serait pour moi un bel aboutissement de lancer mon application mais j'ai encore beaucoup de chemin à faire avant d'y parvenir. J'ai toujours voulu monter mon propre business et si par hasard ce projet n'aboutit pas, je travaillerai encore plus dur pour que mon prochain projet, lui, se concrétise. 

Propos recueillis par Lucas Clodic, Camille Hennequez, Chloe Janvier, Valentin Kopmels, Enora Layer, Theo Moison, Mathieu Pelletier, étudiants en 1ere année de DUT GEA 

La soutenance finale pour Oscar LANDRY et l'équipe 5 : Gaïa ROGARD, Kylian AILLARD, Victor BOURDEAU, Bernard BONNAUD, Lisa RESMOND, Manon BARBRE et Félicie CORRE